Skip to main content

Full text of "Titres de M. Marey"

See other formats


TITRES DE M. MAREY 


Interne des hopitaux, 1854-58. 

Docteur en medecine, 1859. 

Laureat de t Institut: 

Mention honorable (prix Montvon), 1860. 

Prix de physiologie, 1862, en coniraun avec M. Chauveau. 

Prix de medecine, 1864, pour unouvrage ayant pour titre : Phy¬ 
siologie medicate de la circulation du sang. 

Prix de medecine, 1866, pour une serie de memoires sur la physio¬ 
logie du systeme musculaire. 

Laureat de la Faculte de medecine: 

Prix Barbier, 1863, pour Pinvention du sphygmographe. 

Prix Barbier, 1865, pour Pinvention du cardiographe et d’uu appa- 
reil enregistreur des mouvements respiratoires. 

Laureat de P Academic des sciences de Caen, 1862. Mention hono¬ 
rable) pour un memoire sur cette question tnise au coueours : De 
la chaleur animate. 


*A1EY. 



enseignement. 


18* 0. Courslibre de physiologie experimentale(dans 1 amphitheatre 
particulier du doGteur RobiD). 

1861. Cours libre a l’Ecole pratique de la Facultd de medecine sur 
la physiologie de la circulation du sang et le diagnostic des maladies 
du coeur et des vaisseaux. 

1864. Creation d’un laboratoire de physiologie (14, rue de l’An- 
eienne-Com&lie). 

1865. Cours libre dans ce laboratoire (semestre d’ete). 

Oaekjaes-unes des Iecons ont ete publiees par la Revue des cours s'cientifiques, 1866.-1867. 

Conferences surle rnouvement chez les animaux (Soirees scientifiques de la Sorbonne). 

1867. Nomme professeur suppleant au College de France, en rem- 
placement de M. le professeur Flourens. (Chaire d’histoire naturelle 
des corps organises.) 

1868. Maintenu eomme suppleant de ladite chaire. 

sociCtes savantes. 

Membre de la Societe anatomique. 

Membra et ancien vice-president de la Society de biologje. 

Membre de la Societe philomathique. 

Membre correspoodant de 1’Academie royale de medecine de 
Bruxelles. 

Membre associe de l’Academie des sciences et belles-lettres de 
Caen. 

Membre de la Societe des sciences naturelles de Halle (Saxe). 



— 3 — 


AVANT-PROPOS. 

La piupart des progres realises dans les sciences experi mental es 
comme dans les sciences d’observation pure sent dus aux perfectionne- 
ments des methodes et des instruments employes t Cette verite, si bien 
comprise par les physiciens, les astronomes, les meteorologistes, nest 
pas moins frappante pour ceux qui travailleut a lavancement de la 
physiologie. 

La creation d’un grand nombre de nouveaux appareils, l’extension 
de la methode graphique en physiologie, sont Forigine de la plupart des 
decouvertes qui seront signalees dans cette notice. L’auteur a cru in¬ 
dispensable de representer par des figures la disposition de ses appa¬ 
reils et les graphiques qu’ils fournissent. S’il s’ecarte en cela de la 
forme usittte dans de semblables notices, e’est que cette infraction a. 
l’usage permetseule de rendre intelligibles les resultats qu’il a obtenus. 
II ne fera du reste que suivre l’exemple donne par FAcademie des 
sciences, qui a toujours accepte dans ses Comptes rendu $ Finsertion des 
graphiques relatifs aux experiences de physiologie ou aux recherche:; 
de diagnostic medical. 

Certains mouvementsqui se produisent chez les animaux 6taient s^e • 
vent difficiles a soumettre a la methode graphique; quant aux phem 
menes qui ne sont pas des mouvements, ils semblaient ne pas se prater 
a cette methode. Mais Fimportance qu’il y avait a ramener, autant que 
possible, les differents phenomenes de la vie a une expression uniforme, 
claire, exacte et constamment comparable, a soutenu les efforts de 
Fauteur; il a reussi, dans ces dernieres annees, a construire des 
appareils qui enregislrent les ehangements que produisent certaiues 
influences dans la temperature et le poids des animaux. lndepeudam- 
ment des movens d’analyse plus parfaits qu’il a cherche a introduire en 
physiologie, Fauteur s’est en outre applique a controler eonstaunnent 



— !x — 

Ie> resultats quit a obtenus. Xon-seulement il a \6rifie Pexactitude de 
ses apparefls en les soumettant a de nouvelles ^preuves, mais il a cher- 
che a contr61er par une syrUhese experimentale les resultats de ses 
experiences. A cet effet il a conslruit. des schema, appareils qui reu- 
nissent les conditions physiques ou mecaniques auxquelles il attribuait 
la production de certains phenom6nes, et il a reussi a reproduire ceux-ci 
d’une manure artificielle. 

Les premiers travaux de I’auteur datent de l’annee 185A, ses pre¬ 
mieres publications de 1857; depuis lors, tl s’est constamment 
adonne a la physiologie experimentale sans negliger les applications 
de cette science aux progres de la medecine. 11 a toujours eu pour 
principe de suivre un m6me sujet aussi loin qu’il a pu le faire, 
pensant qu’il etait plus utile de creuser profondement certaines ques¬ 
tions que d’en effleurer un grand nombre. 

Toutefois, I’inlime solidarity des differentes fonctions de la vie a 
force l’auteur a etendre sans cesse le cadre de ses recherehes. 

Ainsi, de la circulation du sang il a ete conduit a I’etude de la cha- 
leur animale et de la respiration; les mouvements du coeur l’ont 
entraine a des experiences sur la fonction musculaire en general, sur 
Vaction nerveuse et sur les phemomenes electriques qui provoquent ou 
accompagnent le mouvement chez les animaux. Enfin l’etude de la 
production du mouvement a necessity de nombreuses recherehes sur 
action des poisons qui atteignent specialement les nerfs ou les muscles, 
et des etudes comparatives de ia fonction de motricite dans les differents 
types de la serie animale. 

Cette marche suiv : e dans la recnerche a donne aux publications de 
l’auteur un enchainement nature^, de sorte que ses travaux, exposes a 
peu pr£s par ordre de dates, se trouveront presentes de la mauiere la 
plus favorable pour faire saisir revolution de I’idee generale qui a pre¬ 
side a leur developpement. 

L inter&t qui s attache k ces eludes semble pouvoir se mesurer a 
Taccueil favorable que le public scientifique leur a fait, a 1'empresse- 



— 5 — 


meot quil a mis a en contr61er lesresultats, enfin a l’adoption si sene- 
rale de la methode et des instruments de l’auteur. Aujourd'hui. dans 
un grand nombre de laboratoires et d’hbpitaux de tous les pays, ces 
nouveaux appareils fonctionnent et provoquent des recherches flout 
l'importance s’accroit sans cesse; ainsi que le montrera une lisle 
bibliographique placee a la fin de cette notice. 

I. — Recherches sur la circulation da sang. 

(Comptes rendus de SAcadAmie des sciences, t. XLYI, n° 10, mars, p. 483. 

Experiences d’hydraulique destinees a eclairer les phenomenes phy¬ 
siques de la circulation du sang. Premiere refutation de cette erreur 
accreditee en physiologie, que l’elasticite des arteres ne fait que regu- 
lariserle cours du sang, mais n’influe pas sur la quantitede liquide que 
le coeur pourra mettre en mouvement. 

II. — Recherches sur la circulation sanguine. 

(i Comptes rendus de l’Acad&mie des sciences, t. XLVI, n° 14, 5 avril, p. 680.) 

Etudedesmauifestations de la contractilite vasculaire que chacun peut 
obtenir sur lui-m6me, d’apres la coloration que prend la peau sous 
l’influence de frottements plus ou moins forts. Une leg^re excitation 
am&ne la paleur etfait paraitre sur la peau une ligne blanche au bout 
fie trente a quarante secondes, en provoquant la contraction des vais- 
seaux. Une excitation forte epuise la contractilite des vaisseaux et pro- 
duit la rougeur. Application de ces idees a la pathologie ; explication 
des congestions par l’epuisement de la contractilite vasculaire. 

III. —Recherches sur la circulation sanguine. 

{Gazette medieale de Paris, 1857, 27 et 40.) 

Refutation de l opinion emise par M. Poiseuille. qui annoncait qu il 
y a egalite de pression du sang dans toutes les arteres. 



— 6 — 

Premieres tentatives de sphygmographie pour etudier la propaga¬ 
tion du mouvement du sang dans les attires. 

L’auteur combat l’idee de Xactivite dans 1’inflammation et dans 1 btat 
de chaleur qui suit T application du froid. 

IV. —Recherches hydranliques sur la circulation du scmg. 

(Annales des sciences natvrelles , 4* serie, Zool., t. VIII, p. 329 a 364, avec planche.) 

Dans ce memoire, 1’auteur, etudiant les phenomenes physiques de 
la circulation du sang, demontre, en s’appuyant sur des experiences 
d’hydraulique, les propositions suivaOtes: 

1° L’elasticity des arteres a poureffetde diminuer les resistances que 
le coeur eprouve 4 chasser son ondee sanguine a ehacune de ses sys¬ 
toles. (Gette idee avait ete emise dbja theoriquenient dans la note n° I 
lue a l’lnstitut.) 

2° Chez les vieillards la perte de l’elasticite des arteres constitue un 
obstacle a Taction du coeur, et c’est elle qui, a la maniere . de tout 
obstacle au passage du sang dans les arteres, entraine Thypertrophie 
du ventricule gauche. 

3° Le plus grand obstacle au cours du sang est dans les petits vais- 
seaux; c’est ce qui explique la faible itt^galite de la pression du 
sang dans les artbres plus ou moins eloignees du coeur. 

h° Indication du mecanisme des difibrentes formes de la locomotion 
arterielle. 

5° Mecanisme de la production du pouls et conditions dans lesquelles 
ce phenomene est plus ou moins facilement perceptible. 

6° Explication du mecanisme par lequel les anevrySmes attbnuen 
ou suppriment le pouls dans l’artere, au-dessous de la tumeur. — 
Experience montrant qu’une ampoule blastique placee sur letrajet d’un 
tube dans lequel on pousse un liquide par afflux interniittents, reproduit 
exactement le mbme phenomene. 





7 Eufin l’auteur propose un nouveau manomOtre qu’il nomme 
mamnielre compensaleur , et donne la theorie de cet appareil qui fournit 
dans un vaisseau l’indication de la pression moyenne du sang et ne 
presente pas d’oscillations sous Tinfluence des saccades que produit 
Taction intermittcnte du coeur. 

(Ce memoire et eelui qui est cite sous le n° VI ont obtenu une men¬ 
tion honorable a TAcademie des sciences.) 

V. Interpretation hydraulique du pouls dicrote. 

(Comptes rendus de I’Acadimie des sciences, t. XLVII, no_v. 1858, p. 826-827.) 

Le pouls dicrote , ou bis feriens , etait considere par certains auteurs 
comme produit par une double contraction du cceur; d’autres Tattri- 
buaient a une contraction arterielle qui suivait celle du ventricule. 

Ce travail etablit: 

1° Que le redoublement de la pulsation tient a une double oscillation 
de la colonne sanguine dans le systeme arteriel; 

2° Qu’on peut provoquer un phenomene entierement semb'iable dans 
un systeme de tubes blastiques; 

3° Que le pouls dicrote amionce que la pression du sang dans les 
artferes est peu elevOe. 

VI. Memoire sur la contractilite vasculaire (1). 

[Annates des sciences naturelles , 4 e seaie, Zqol., t. IX, p. 53-88.) 

Ce memoire date d’une epoque ou la contractilite vasculaire et 
Taction du systeme nerveux vaso-moteur , recemment demonirees par 
la memorable experience de M. Cl. Bernard, donnaient lieu a de vives 
discussions. Aujourd’hui, apres plus de dix annees pendant lesquelles 


(I) Ce travail a ete traduit en entier 1’annee suivante dans New Orleans med. Gazette. 



— 8 '— 

un grand nombre de Iravaux ont die publiessur cel important sujet, 

1’auteur ne trouve rien a retrancher de ce travail, dans lequel il a chei 
che a etablir les propositions suivantes: 

1. La contraction des vaisseaux constitue une force antagoniste de 
la pression du sang. En retrecissant le diametre des petits vaisseaux, 
elle cree une resistance au cours du sang et le ralentit; l’inverse se 
produit par le relachement vasculaire. 

2. La contraction art^rielle contre-balance aussi les influences de la 
pesanteur sur la pression du sang: elle devient plus bnergique dans les 
vaisseaux des parties ddclives, elle est plus faible dans ceux des parties 
elevees du corps. 

3. il suffit de garder une mbme attitude horizontal ou verticale 
pendant quelques heures, pour que la contraction des vaisseaux se 
modifie et s’adapte a la pression du sang modifiee elle-m^me. 

h. Cerlains accidents, la syncope par exemple, semblent produits, le 
plus souvent, par une rupture de Tequilibre entre la pression du sang 
et la contraction des vaisseaux. 

5. Toute influence qui agit directement sur la contractilite vascu¬ 
laire perd ses effets si elle est souvent repetee. Cette accoutumance 
aux stimulants est surtout remarquable chez les ouvriers occupds a 
certaines professions. 

6. On peut facilement etudier sur soi-m6me l’influence des divers 
agents sur la contractilite des vaisseaux, et juger de 1’effet produit 
d’apres la coloration des teguments sur lesquels Taction a porte. 

7. Presque tous les agents qui font contracter les vaisseaux et pro- 
duisent la paleur des teguments amenent au contraire un relachement 
de ces vaisseaux d’ou suit une rougeur plus ou moins vive, lorsqu’on 
les fait agiravectrop d’intensite. 

8. Ce relachement des vaisseaux par les excitants trop forts parait 



— 9 — 


devoir s’expliquer par X epuisement ou la fatigue de la contractilite vas- 
culaire. 

9. Les congestions et inflammations semblent etre les effets d’un 
epuisement de la contractilite vasculaire. 

10. Lesfievres seraient une generalisation du m£me epuisement. 

(Ce travail a obtenu une mention honorable a l’Academie des sciences en 1860.) 

YE. — Recherches sur le pouls dicrote. 

(Gazette rnedicale de Paris , 1859, n° 30.) 

Developpement des faits signales dans la note n° Y. — Erreur dans 
le trajet assigne a I’oscillation du liquide dans les vaisseaux; cette 
erreur sera rectifiee plus tard (voy. n° XXXII). 

"VIII. — Des causes d’erreur dans I’emploi des instruments qui servent 
d mesurer la pression sanguine et des moyens de les eviter. 

(Gazette rnedicale de Paris, 1859, n° 30.) 

L’auteur montre que le mouvement de la colonne d’un manometre 
a mercure n’exprime pas du tout les variations de la pression du sang 
dans l’artere a laquelle rinstrumeut est applique; que les maxima , 
les minima et memo les moyennes fournis par ces instruments sont 
faux. 

Description du sphygmographe de Yierordt; indication des defauts 
de cet instrument; premieres modifications apportees par l’auteur 
a sa construction. 

IX. — Recherches sur la circulation du sang d l’etat sain et dans 
les maladies. 

(These inaugurale pour le doctorat en medecine, soutenue le 4 mars 1859. In 4°, 

119 pages.) 

Cette these se divise en trois parties. 

La premiere p artie, relative aux ph^nomeiies physiques de la cireu- 





— 10 — 

lation, reproduit plusieurs fails siguales clans les publications ante- 
rieures. On y trouve aussi une determination pins precise de la trans¬ 
formation de la pulsation dans les arteres a mesure que celles-ci sont 
plus eloignees du coeur. 

Cette transformation etait appreeiee au moyen d’un appareil mu¬ 
tant les conditions physiques de la circulation. C’est le premier schema 
de la circulation que l’auteur ait essaye de construire. La figure 1 
represente cet appareil. 



Fig. 1. 


Une boule B de caoutchouc fonctionne a la maniere du coeur. Quand 
on la comprime dans la main, elle lance du liquide dans un long tube 
elastique; quand on la relache, elle aspire le liquide du vase V dans 
lequel il revient aprfes avoir traverse tout le tube, de sorte qu’il se 
produit dans celui-ci une circulation continue. 

Trois leviers de sphygmographe a pression elastique , / P V, appuient 
sur trois points du tube inegalement eloignes de l’orifice d’entree du 
liquide. Ces trois leviers enregistrent simultanement chacune des pul¬ 
sations qui se produisent dans les trois points du tube, et comme leurs 
pointes sont situees sur une meme verticale, on pent juger par la 
superposition plus ou moins parfaite des grapbiques du synchronisme 
ou de la succession des mouvements. Cette methode sera utilisee plus 
tard dans un grand nombre de cas. 



— 11 — 


On voit avec Get appareil : 

1° Que Fafflux intermittent da liquide fourni par la boule B se 
transforme, a F orifice de terminaison du tube, ern un ^coulement 
continu. 

2° En comparant les traces da pouls dans les trois points du tube, 
on voit que la pulsation s’eteint peu a peu a mesure qu’on Fobserve 
plus loin de l’entrde. 

3° Que la forme du pouls change d’un point a un autre, et que dans 
les points eloignes de l’entree, Fascension devient lente et l’amplitude 
faiblit. 

4° Que le retard du pouls dans les points eloignds du coeur est plus 
apparent que reel; qu’il porte plutbt sur le sommet de la courbe que 
sur son origine, phenomene qui tient a la transformation signalee 
plus haut. 

5° Que la force du pouls (amplitude du graphique) varie en chaque 
point du tube, non pas seulement avec la force impulsive d^veloppee 
par la boule B, mais qu’elle change aussi lorsqu’on fait varier Forifice 
d’ecoulement qui termine le tube. 

6° Qu’il est vrai, suivant Fidee emise par Beau, que le pouls pre¬ 
sente un earactere de brusquerie particular chez les sujets dont les 
vaisseaux, legerement comprimes, donnent naissance au phenomene 
de bruit de souffle (1). 

La secondepartie developpe pluscompletement les idees dejaemises 
par Fauteur sur la contractilite vasculaire et son r61e de regulateur 
du mouvement du sang. 

Explication des effels du relachement des vaisseaux sur la tempera- 

(1) Tous ces phenomenes ont pu etre retrouves par l’auteur dans les experiences qu’il a faites 
plus tard sur les animaux. 



— 1-2 — 

lure , preuve que cet effet n’a lieu que sur les organes soumis a une 
cause de refroidissement. (J. Hunter avait dbjasignale le in6me fait a 
propos de la temperature des parties enfkmmees, mais il n’en avait 
pas donne Implication.) L’auteur cherche a demontrer que la contrac¬ 
tion ou le relachement des vaisseaux modifient la temperature des 
organes en faisant passer plus ou moins abondamment le sang dont la 
temperature est elevee a tracers des organes qui, d autre part, tendent 
plus ou moins a se refroidir. De la resulte que la temperature des 
parties ainsi eehauffees par l’acceleration du cours du sang ne s’dleve 
jamais au-dessus de celle du sang dans le coeur gauche, c’est-a-dire 
du liquide qui leur apportera sa chaleur. La production de chaleur 
semble peu modifiee par ce changement de vitesse du cours du sang. 

II existe des char.gements eontinuels du volume de nos organes sous 
l’influence de la contraction ou du relachement de leurs vaisseaux. 
Ces ehangements sont surtout perceptibles et mesurables aux extre- 
mites des membres : aux mains et aux pieds. 

Signification des differentes colorations de la peau : rouge, violacee, 
pale, etc., au point de vue de 1’etat de la circulation capillaire. 

La troisieme partie renferme les applications des notions prec6- 
dentes a la pathologie. 

Nous citerons textuollement les conclusions de cette derniere partie : 

« L’etat de plus ou moins forte contraction des petits vaisseaux se 
traduit dans les maladies par deux etats opposes : 

» La contraction trop forte par l’etat algide; 

» La contraction trop faible par la fievre ou la congestion locale. 

® Dans chacun de ces etats pathologiques s’observent les signes que 
nous avons donnes physiologiquement de l’etat de contraction ou de 
dilatation vasculaire, soit du c6te des tissus, temperature, couleur, 
volume, soit du cdle de la tension arterielle dont l’devation ou 
1’abaissement nous sont revels par les caracteres du pouls et des bruits 
de souffle vasculaires. 



— 13 — 


» De m6me que dans les experiences physiologiques, on voit en 
pathologie la contraction des vaisseaux suivie de relachement, Talgidite 
suivie de fievre (ce qui a ete appele a tort periode de reaction). 

» L’inflammation, dans la premiere periode, est un etat congestif 
dii a l’atonie vasculaire; toutes les causes de l’inflammation s’expli- 
quent par la thdorie de T epuisement suite d’une- excitation trop forte. 

» Les theories anciennes, transmises par tradition, ont amene les 
medecins a admettre dans Tinflammation une activite locale, une force 
inflammatoire; mais la physiologie nous montre que dans une partie 
enflammee il n’y a que debility des vaisseaux. Ces theories anciennes 
ne doivent pas du reste arr&er les idees nouvelles, car les premieres 
remontent a une epoque ou Ton ne conuaissait rien de la circulation 
du sang. 

» La thborie nouvelle, basee sur les experiences physiologiques 
modernes, offre de grands availtages pour expliquer sur plusieurs 
points la marche des inflammations : ainsi la tendance des phleg¬ 
mons a s’ouvrir a l’exterieur; le mecanisme de l’etranglement in- 
flammatoire; la tendance spontanee des congestions a se resoudre au 
bout d’un certain temps; Taction curative de la plupart des traite- 
meuts antiphlogistiques chirurgicaux ou medicaux. 

X. — Du pouts et des bruits vasculaires. 

(Journal de I’anatornie et de la physiologie, t. II, p. 259-280 et 420-447.) 

Dans ce memoire sont relatees diverses experiences d’hydrodyna- 
mique destinees a eclairer le mecanisme de la circulation du sang. 
Quelques-unes des varietes que peut presenter lepouls sont reproduces 
artificiellement. 

Le principe de la construction du sphygmographek pression elastique 
et a levier leger est expose dans ce travail; une ebauche encore gros- 
siere de cet instrument permet de constater comment les caracteres 
du pouls se modiflent sous differentes influences. 



— Mx — 

Demonstration de ce fait quela force du pouls varie, a egale impul¬ 
sion du coeur, en sens inverse de la pression artdrielle. Explication de 
la force considerable du pouls dans 1 ’insuffisance aortique . — Ce ca- 
ractbreest du a la faible pression du sang dans les artbres a cause du 
reflux qui se fait alors dans les ventricules. On peut le reproduce arti- 
ficiellement sur uu appareil schematique ou sur des animaux auxquels 
on perfore- les valvules sigmoi'des de l’aorte. 

Quelques recherches experimentales sur la production artificielle 
des bruits de souffle. 

Explication physique des bruits de souffle dans les anevrysmes, 
demonstration du r61e de l’elasticite. Reproduction schematique de ces 
phdnomenes. 


XL — Du sphygmographe. 

(Journal I’lnstitut, mars 1860.) 

Description d un appareil imagine par I’auteur pour obtenir une ex¬ 
pression graphique exacte des caracteres du pouls. 

La figure 2 montre le sphygmographe applique sur l’artbre radiale. 












— 15 — 



Fig. 6. — Bronchite aspbyxiante. 


XII. — Recherches sur Vetat de la circulation , d’apres les caracteres 
du pouls. 

(Gazette hebdomadaire de mMetine et de chirurgie, 4860, n° 25.) 

Comparaison des appareils precedemment employes avec celui que 
l’auteur propose. 

Indication des defauts des aneiens instruments. 

Maniere d’appliquer Ie sphygmographe; signification de quelques 
formes du pouls obtenues graphiquement. 

XIII. — Recherches sur le pmls au moyen d'un nouvel appareil 
enregistreur, le sphygmographe . 

(Gazette mddicale de Paris , 1860, n os 15, 16, 19.) 

XIV. — Recherches sur Vetat de la circulation du sang , cV apres les 
caracteres du pouls fournis par un nouveau sphygmographe. 

(Journal de la physiologie de Vhomme et des animaux, 1860, p. 241-274, avec 15 figures.) 

Premiere partie. — Premiere tentative de classification des diffe- 
rentes formes de pouls. 

Nouvel les experiences pour la reproduction artificielle des caracteres 
du pouls. 

Preuve experimentale de ce double fait que Tamplitude du pouls 


— 16 — 

et son dicrotisme void en diminuant si la pression du sang s’eleve 
dans les artbres. 

Deuxieme partie. — Applications de f'itude de la forme du pouls d 
la physiologie. 

L’extrbme sensibilite de l’instrmneut permet de saisir des diffe¬ 
rences marquees de la forme du pouls sous certaines influences phy- 
siologiques qui seront enumerees ci-dessous. 

La theorie mecaniquede ces influences est presque toujours indiquee 
dans ce memoire; souventle phenomene que l’auteur interprete est re- 
produitpar lui au moven d’experiences d’hydrodynamique. 

1° Influence de l’attitucle sur la tension arterielle et consequemment 
sur le pouls. 

2° Influence de la compression d’une ou de plusieurs arteres volu- 
mineuses sur la tension arterielle et consecutivement sur la forme du 
pouls. 

3° Influence du chaud et du froid sur le calibre des vaisseaux eapil- 
laires; effets consecutifs sur la tension arterielle; modifications corres- 
pondantes du pouls. 

4° Influence des mouvements respiratoires sur la tension arterielle 
et la forme du pouls. Reproductions physiques de phenomenes ana¬ 
logues. 

5° Effets de la contraction musculaire sur la tension arterielle etla 
forme du pouls. 

6° Influence de la gymnastique et du repos prolonge sur la tension 
arterielle et la forme du pouls. 

7° Effets del’etat de digestion sur la tension arterielle et sur la forme 
du pouls. 

Troisieme partie. — Rapports de la frequence du pouls avec la 
tension arterielle. 

L auteur est conduit par des experiences a cousiderer le cceur comme 



— 17 — 

un moteur disposant sensiblernent d’une force constante, et a trouver la 
cause de Paccdldration ou du ralentissement des batteraents du cceur 
dans la variability des resistances qui s’opposent a Taction ventriculaire. 

II arrive a la conclusion suivante : 

Toutes choses eg ales du cdte del-innervation et de la force da cceur / 
la frequence des battements de cet organe est en raison inverse de la ten¬ 
sion arterielle. 

A l’appui de cette proposition sont rassembles des experiences nou- 
velles ou des faits anciennement connus qui prouvent que toute 
influence n’agissant pas directement sur le coeur et produisant une 
modification de la frequence deses battements, amene d’abord unchan- 
gement dans la tension artdrielle, et que ce changement, a son tour, 
reagitsur le coeur. Yoici les faits invoques par Tauteur: 

1° Influence de la saignee sur la tension arterielle, ei par suite sur la 
frequence des battemenls du coeur: 

2° Influence de la pesanteur sur la tension arterielle et sur les batte¬ 
ments du coeur. 

3° Augmentation de la tension arterielle par la ligature d’une ou de 
plusieurs arteres volumineuses. — Diminution consecutive des batte¬ 
ments du coeur. 

li° Influence de la chaleur sur les petits vaisseaux qu’elle relache. —- 
Abaissemeut consecutif de la tension arterielle; acceleration des batte¬ 
ments du coeur. 

5° Influence du froid qui resserre les petits vaisseaux; Elevation con¬ 
secutive de la tension arterielle; ralentissement des battements du coeur. 

A la fin de ce tnemoire se trouve une ebauehe de la theorie physio- 
logique de la fievre , qui se completera dans des travaux ulterieurs : 
n os XX, XXI, XXV. 

3 


JIAKEY, 



— 18 - 


XV. — Variations physiologiques du pouts etudiees avec le 
sphygmographe . 

(Comptes rendus des stances de la Socitte de biologie pendant le mois de decembre 1860.) 

L’effort d’expiration, la glotte etant fermee, modifie le pouls d une 
maniere tres-prononcee. 

Les effets mecaniques que la compression de Fair dans les poumons 
exerce sur le cours du sang dans les vaisseaux, sont interpretes dans 
ce travail. On y trouve aussi Fexplication d’une infraction apparente a 
la loi des rapports de frequence des battements du eceur avec la ten¬ 
sion arterielle. 

XVI. — Recherches sur le pouls au moyen dun nouvel appareil, 
le sphygmographe. 

{Comptes rendus, t. L, p. 635-687.) 

XVII. — Recherches nouvelles sur le pouls. 

(Archives gtn&rales de mtdecine, fevrier 1861.) 

Demonstration de la superiorite de la methode nouvelle pour la dis¬ 
tinction des nuances les plus delicates du pouls. 

Figures representant quelques-uns des types principaux avec indica- 
lion des conditions cliniques dans lesquelles ils ont ete reeueillis. 

XVIII. — Be I’emploi du sphygmographe dans le diagnostic des affections 
valvulaires du cceur et des anevrysmes des arteres. 

{Comptesrendus de VAcademic des sciences , I860.) 

Dans cette note sont representees les formes du pouls qui corres¬ 
pondent aux quatre principaux types des alterations valvulaires du 
coeur gauche. 

Voici ces types avec Findication de la lesion qui les produit; 



— 19 — 



Fig. 8. — Insuffisance milrale. 



Fig. 10. — Retrecissement mitral. 


Les caract^res du pouls au-dessous d’une tumeur anevrysmale sont 
represents par le graphique suivant: 



Fig. 11. — Trace du pouls au-dessous d’un anevrysme. 


Ce signe de 1’anevrysme a permis dans des cas litigieux de porter 
un diagnostic exact et parfois d’instituer un traitement suiyi de gueri- 
son (1). 

XIX. — Loi qui preside a la frequence des battements du coeur. 

(L’Institut, aout 1861, n° 1440, p. 270.) 

D6veloppement des idees 6mises dans le memoire XIY, 3 e partie. 

XX. — Loi de la frequence des battements du coeur. 

(i Comptes rendus, 15 juillet 1861, p. 95.) 

Avec cette loi et les principales conclusions tirees des precedents 
travaux sur la cbaleur animale, on pent deja construire la theorie phy- 
siologique de la fievre dont tous les symptdmes s’enchainent, se ratta- 
chant aune cause commune: l’etat de contraction ou de relachement des 
petits vaisseaux. 

(1) Voy. Broca, Emploidu sphygmographe dans Vetude des tumeurs anevrysmales (Gazeite des 
hdpitaux , 1862.) —Voyez aussi Hayues Walton (The Lancet, 1866, p. 176). 







— 20 — 


CHALEUR ANIMALE. 


XXI. — Be la chaleur animale. 

(Memoire depose en avril 1860, au secretariat de 1’Academic de Caen, et reste medxt.) 

Un rapport de M. Roulland sur le concours du prix Le Sauvage, a 
Caen, 1862, cite, p. 80 a 95, quelques passages de ce travail, qui a 
obtenu une mention honorable suivie de renvoi du diplbme de membre 
eorrespondant de l’Academie. 

XXII. — Be quelques causes de variation dans la temperature 
animale. 

(Gazette medicale, 1860 ; Comptes rendus de la SoctiU de biologie, p. 383.) 

Interpretation physique des deux phenomenes suivants decouverts 
par M. Cl. Bernard. 

1° Apres la ligature de l’aorte, la temperature s’eleve dans les cavites 
splanclmiques situees au-dessus de la ligature. L’explication proposee 
dans cette note est que la suppression du cours du sang dans les 
menibres inferieurs supprime aussi la deperdition de chaleur qui en 
resulte normalement; M. Bernard ayant montre que le sang des veines 
femorales est plus froid que celui des arteres correspondantes. 

2° M. Bernard a montre que, dans certains cas, apr^s la section du 
grand sympathiqueau cou d’un lapin, onvoit uon-seulements’bcbauffer 
l’oreille correspond ante au nerf coupe, mais se re froid ir l’autre oreille. 
U interpretation proposee est la suivante : comme chez le lapin, les 
deux earotides naissent d’on tronc cornmun, le passage plus facile du 
sang dans l’une des branches de bifurcation doit, par erogation , dimi- 
nuer la quantite qui passe par l’autre. Comme preuve de ce fait on 
peut en comprimant et en relachant tour a tour l’une des earotides, 
voir la temperature s’elever et s’abaisser dans l’oreille du c6te oppose. 



— 21 


XXIII. — Du thermographe , appareil enregistreur des temperatures. 

0 Comptesrendus de VAcadfrmie des sciences, 1864, t. LIX, p. 459.) 

Presentation d’un nouvel appareil perinettant: 

1° D’enregistrer Pintensite et la duree de tous les changements de 
temperatured’une partie quelconque du corps d’un animal; 

2° De traduire par deux ou plusieurs courbes rapportees a une m6me 
abscisse les variations de temperature de deux ou plusieurs points du 
corps d’un animal. 

L’emploi de cet appareil peraiet de constater, dans certains cas, un 
antagonisme entre la temperature centrale et celle des parties periphe- 
riques, le refroidissement de ces dernieres s’accompagnant alors de 
Fechauffement des centres et, reciproquement, Fechauffement de la 
Peripherie abaissant la temperature centrale. 

La theorie de ce phenombne se rattache a des considerations emises 
dans le Memoire n° XXY, sur Fetal de la temperature dansle cholera. 

XXIV. — Le thermographe. 

(Journal de Vanatomie et de la physiologie, 2 e annee, 1865, p. 182-189.) 

Description et figure del’appareil. —- Reglage de la sensibility de 
l’instrument. — Thermographe differentiel. — Transformation de 
Finstrument en un manometre enregistreur signalant les plus faibles 
changements de pression. (Voy. ci-apres fig. 12.) 

XXV. — Essai de theorie physiologique du cholera. 

(Gazette hebdomadaire de medecine et de chirurgie, 1865, n os 47 et48.) 

Dans ce travail, Fauteur montre la profonde analogie physiologique 
du cholera avec les affections a deux stades, Fun d’algidite, Fautre de 
chaleur ; avec certaines fievres pernicieuses, par exemple, et certains 



Fig. 12. — Le thermographe se compose d’une boule de thermometre a air qui, dans la figure, est representee plongeant dans un vase 
rempli d’eau dont la temperature varie. L’air cbasse de la boule par suite de l’echauffement passe par un long tube capillaire de 
cuivre et se rend dans un tube demi-circulaire de verre ferine par l’une de ses extremites. Ce dernier renferme a son milieu un index 
de mercure. Entre cet index et I’extremite fermee du tube se trouve une chambre close, c’est a son interieur qu’arrive Fair chasse 
du thermometre. L’index du mercure est alors repousse en arriere, mais comme le tube de verre est equilibre et pivote autour de son 
centre de courbure, le mercure, par son poids, reste toujours en has, et c’est le tube et le disque qui le supporte qui tournent. Une 
longue aiguille fixee au disque trace la courbe de temperature sur une plaque de verre enfumee, qu’un mouvement d’horlogeriejait 
marcher uniformement 

sement maximum de la temperature peripherique dans I’algidite (fait 
signale deja par certains auteurs, mais dont la theorie n’avait pas ete 
donnde); 

2° Que dans le stade de chaleur (improprement nomme reaction ), 

I’elevation de la temperature peripherique s’accompagne de diminution 
de la temperature centrale; 







— 23 — 


3° Que tous les troubles circulatoires, intestinaux et respiratoires, 
se doivent rattacher a une influence commune du systeme nerveux 
grand sympathique; 

4° Que les caracteres du pouls indiquent un obstacle au passage du 
sang dans les vaisseaux du poumon, obstacle par suite duquel le eoeur 
gauche ne reeoit du sang qu’en tr&s-faible quantity. 

Quelques-unes de ces idees ont et£ reprises et developpees plus tard 
dans un travail du doeteur Lorain (Etudes de medecine clinique et de 
physiologie pathologique: Le cholera observe a Uiopital Saint-Antoine. 
Paris, 1868). 



FONCTIONS DU COEUR. 

XXVI — Determination graphique des rapports du choc du camr avec 
les movements des oreillettes et des ventricules , obtenue d l’aide dun 
appareil enregistreur (en commun avecM. Chauveau). 

(Comptes rendus de VAcaMmie des sciences, t. LIH, p. 622.) 

Des ampoules elasticities, pleines d air, introduces dans les cavit^s du 
coeur, ou placees en contact avec l’exterieur de cet organe, etaient 
comprimees chacune, soit par la contraction de 1 une des cavites du 
coeur, soit par son choc ou battement. Chaque ampoule, conjuguee 
par 1’intermediate d’un long tube de caoutchouc avec une autre am¬ 
poule qui est extdrieure, communique acelle-ci les impulsions. Enfin, 
un levier de sphygmographe, reposant sur cette derniere, reproduit, en 
les amplifiant, tous les soulevements et tous les affaissements de l’am- 
poule exterieure qu’il enregistre a la maniere ordinaire. 

Lorsqu’il s’agit de determiner la force, la duree et la succession de 
trois pbenomenes differents, coinme la contraction de l’oreillette, celle 
du ventricule et le choc du coeur, il faut employer trois leviers super¬ 
poses, places comme dans Texperience (fig. 1). 

L’application des appareils cardiographiques faite sur le cheval n’ap- 
porte aucun trouble a I’etat physiologique de ces animaux. 

C’est par la veine jugulaire ou la carotide qu’on introduit dans le 
coeur les ampoules destjnees a transmettre les mouvements des ventri¬ 
cules et des oreillettes. L’ampoule qui recoit les impulsions exterieures 
ou chocs est placee au niveau du coeur entre les deux muscles intereos - 
taux. 

Ces premieres experiences cardiographiques, commencees a l’Ecole 
veterinaire d’Alfort en 1861, ont ete continuees pendant trois anndes a 
differentes reprises soit a l’Ecole veterinaire de Lyon, soit a Paris; 
elles ont donne lieu aux publications suivantes: 



— 25 


•XXVII. — Memoire (lu a la Societe de Biologie)sur la cardiographie (en 
commun avec M. Chauveau). 

[Gazette medicate de Paris, 1861 ; Mernoires de la Societe de biologic, 3 e serie, t. Ill, p. 3.) 

XXVIII. — Deuxieme Memoire sur la determination graphique des rap¬ 
ports du choc du cceur avec les mouvemmts des oreillettes et des ven- 
tricules (en commun avec M. Chauveau). 

{Comptes rendus de I’AcaxMrnie des sciences, t. LIV, p. 32) (1). 

XXIX. — De la force deploy ee par la contraction des differentes cavites 

du cceur (en commun avec M. Chauveau). 

(Communique a laSociete de biologie en decembre 1862. — Gazette medicate de Paris , 
1863, p. 169.) 

Toutes les evaluations faites anterieurement avaient ete tirees des 
indications d’un manometre a mercure ; elles etaient toutes passibles 
der reurs signalees dans la note n° VIII. 

Les mesures comparatives nous ont donne sensiblemeut le rapport 
de 1 a 3 entre la force du ventricule droit et celle du gauche. 

XXX. — Appareils et experiences cardiographiques (en commun avec 

M. Chauveau). 

(Memoire presente a 1’Academie de medecine en mars 1863, insere aux Mimoines 
de l’Acadtbnie en 1863, t. XXVI, p. 268 a 319, 23 figures.) 

(1) Une commission composee de MM. Flourens, Rayer, Bernard, Milne Edwards, rapporteur, 
assista aux experiences; M. Milne Edwards, dans son Rapport sur deux mermires de MM. Chau¬ 
veau et Marey, relatifs a Vetude des mouvements du cceur , a Vaide d’un appareil enregistreur 
{Comptes rendus de l’Academie des sciences , t. LIV, p. 32), propose a r Academic d’approuver ce 
travail et d’en ordonner l’insertion dans les mernoires des savants etrangers. Les conclusions de 
ce rapport sont adoptees. (Un prix de physiologic a ete decerne aux auteurs de ces deux 
mernoires.) 


MARET. 



XXXI- — Tableau sommaire des appareils et experiences cardiogra - 
phiques de MM. Chauveau et Mar eg. 

(Feuille in-plano, avec 9 figures.) 

Les points principaux que ces experiences de cardiagraphie etaient 
destinees a eiucider etaient les suivants : 

1° Determination de la succession des divers mouvements du coeur; 
earacteres et rapports des mouvements de 1’oreillette et du ventricule, 
ainsi que de la pulsation cardiaque ou choc du cceur. 

2° Com par ai son de la forme et de la duree des mouvements du 
coeur gauche avec ceux du coeur droit. 

3° Rapports de la contraction ventriculaire avec la pulsation aorlique. 

4° Force statique developpee par la contraction des differentes 
cavites du coeur. 

Ces experiences, dans lesquelles une rigueur ahsolue etait introduce 
dansl’etude des phenomenes physiotogiques, provoquerent al’Academie 
une discussion (1) a la suite de laquelle M. Gavarret, rapporteur, 
proposa l’adoption des^ conclusions du memoire. Ces conclusions fu- 
rent adoptees par VAeademie. 

XXXII. — Physiologic medicale de la circulation du sang. 

(1 vol. in-8 de 560 pages, avec 235 figures dans le texte. Paris, Adrien Delahaye.) 

Dans cet ouvrage, l’auteur cherche a appliquer tous ses travaux 
anterieurs a l’etude des maladies de l’appareil circulatoire. II con¬ 
state que le medecin ne peut se renseigner sur l’etat de cette fonc- 
tion que d’apres les earacteres du pouls, des battements du coeur, 
des bruits vasculaires, de la temperature et de la coloration des diffe- 

(1) Onze discours furent prononces dans cette discussion : trois par M. Gavarret, trois par 
M. Beau, deux par M. Bouillaud, un par MM. Beclard, Parchappe et Barth. 



rentes parties du corps; aussi est-il d’uue extreme importance 
d’etablir la signification de ces differents caracteres. 

Comme la circulation est intimement liee a la fonction respiratoire, 
Pauteur cherche a determiner l’influence de la respiration sur la pres- 
sion et le cours du sang. II montre que les opinions contradictoires 
emises a ce sujet par Ludwig et par Yierordt sont conciliables, et que 
des effets opposes peuvent 6tre produits par Pinspiration, suivant que 
Pair entre avec plus ou moins de facilite dans le poumon. 

La theorie de la distribution de la chaleur sous Pinfluence de la 
circulation est exposee avec plus de details que dans les travaux ante- 
rieurs; cette theorie, en effet, doit servir a- ^clairer la nature des affec¬ 
tions fbbriles. 

Explication de la fixite a peu pres complete de la temperature cen- 
trale du corps cbez I’homme. 

Interpretation de tous les changements dans les temperatures d’un 
point particulier. 

Theorie de la fievre, stade de froid; stade de chaleur. 

Demonstration de ce fait que c’est Petat de contraction, puis de 
rel&chement des petits vaisseaux, qui est la cause immediate de tous les 
phenombnes qui caracterisent ces deux stades, a savoir : les change¬ 
ments dans la coloration et la temperature des organes superficiels; les 
changements dans la force et les caracteres graphiques du pouls qui 
varient avec Petat de la tension arterielle, et enfm, consecutivement, 
les changements de frequence des battements du cceur lui-m6me. 

Les caracteres diagnostiques des affections du coeur et des gros 
vaisseaux sont etudies d’une maniere plus complete que dans les pu¬ 
blications antbrieures. II en est de m6me des bruits de souffle. 

L’etude des lesions valvulaires du coeur est eclairee par des expe¬ 
riences de production traumatique de ces lesions sur des animaux, 
d’autres fois par des imitations tout artificielles de ces monies lesions 
au moyen d’appareils schematiques analogues a ceux qui ont servi a 
l’elude des phenomenes normaux. 



- 28 — c 


L’auteur s’est attache dans cet ouvrage a cornbattre l’erreur com¬ 
mune qui tend a eloigner la physique de la medeeine et a faire de cette 
derniere une science a part, ayant ses precedes et ses moyens d’inves- 
tigation speciaux. Deja l’auscultation, la percussion, l’anatomie micro- 
graphique, la chimie physiologique, les experiences de thermometrie 
faites sur les animaux et sur 1’homme, ont envahi le domaine de la 
medeeine pure et ont apporte au diagnostic des maladies des moyens 
nouveaux et precieux. En fournissant aux medecins les moyens de 
eontrbler mecaniquement les perceptions de leurs sens par rapport aux 
maladies de la circulation, en leur donnant l’exemple d’une reproduc¬ 
tion schematique des principaux phenom6nes physiologiques ou mor- 
bides de cette fonction, et en mettant a leur disposition un appareil 
enregistreur qui remplace le tact faillible par des traces graphiques 
d’une sincerite et d’une vdrite irrecusables, l’auteur croit avoir servi 
aux progres de la medeeine scientifique (1). 


(1) L’Academie des sciences a decerne a l’auteur de cet ouvrage un prix de medeeine, 1864. 



— 29 — 


CARDIOGRAPHIE APPLIQUfiE A L’HOMME. 


XXXIII. — Etudes physiologiques sur les caractbes du battement 
du coeur ei les conditions qui le modifient. 

(Journal deVanatomie et de la physiologic^ 1865, t. II, p. 276.) 

Les experiences faites sur les grands animaux montraient avec une 
extreme precision les details de la fonction du coeur, m&rne d'apres le 
seul trace du choc de cet organe; mats pour obtenir ce trace, il fallait 
une vivisection. II etait important de chercher un appareil applicable 
sans mutilation et permettant d’introduire dans l’etude de la fonction 
du coeur de l’homme la precision que l’experimentation physiologique 
avait atteinte. 

Apres diverses tentatives, la difficulty a ete resolue. L’appareil 
suivant permet d’obtenir sur I’homme sain ou malade le graphique 
des mouvements du coeur avec les diffbrents caract^res que lui irnpri- 
ment les variations physiologiques ou les troubles de la fonction. (Voyez 
la figure 13 ci-apres.) 

XXXIV. — Forme du battement du ceeur suivant I’etat de la fonction 
circulatoire dans la serie animate . 

(Comptes rendus de la Socidte de biologie, 1865, p. 181.) 

Premieres recherches de physiologie comparee institutes dans le 
laboratoire de M. Coste (a Concarneau), sur des animaux marins tres- 
vivaces et d’especes tres-variees. Les resultats de ces recherches sont 
completes dans le travail suivant. 




mV. - Sur la forme graphigue des battements du caw chez l homme 
et chez les differenles especes animales . 

(Comptes rendus de VAcademic des sciences, t. LXI, »° 19.) 

Ce travail montre d’apres le trace des movements du cceur 
recueillis sur les principaux types de la s6rie animate . 

Jl o rln 1JtlliTr1 . rl 1 _ _ _._ . mu 


Fig. 13. — Polygraphe, appareil qui se prete au graphique d’un tres-grand nombre de phenomenes. Le trace s’ecrit sur un e 
bande de papier sans fin qu’un mouvement d’horlogerie deroule uniformement. Le levier est adapte a un tambour a 
comme dans les experiences de cardiographie faites sur les animaux (voy. n os XXVI a XXXI). Pour la cardiograpbie de 
Fhomme, le tube de caoutchouc se termine par un appareil special: explorateur des battements du cceur. Le graphite 
normal du battement ducoeur de Fhomme est identique avee celui des grands mammiferes. II est represents pi. I, fig- 


oiseaux, il Test moins chez les poissons et les reptiles , moins encore 
chez les crustaces et que chez les mollusques, il se reduitauneondula- 


tion simple. 









Fig. 14 — Battement du cceur de 1’homme tel qu’il 
contre les pare 


rsqu’on appliquel’instrument 


Battements du cosur de Yanguille : A, systole de Foreillette 


Fig. 15. — Battements di 

cceur de la tortue terrestre : 

A, systole de Foreillette ; B, 


iilplllll 














Fig. 17. — Battements du cceur d’un crabe: Systole de l’oreillette; celle du ventricule se confond a\ec 
celle de Foreillette qui Fenveloppe. 















— 32 - 

2° Que chez tous les anirnaux d une meme classe, le battement ne 
presente que des differences de force ou de frequence, mais qu’il offre 
les m£mes details. 

3° Que toutes les complications qui s’observent dans le battement 
du coeur des mammiferes ou des oiseaux dependent de circonstances 
etrangeres a la contraction du coeur lui-m&me, et qu’elles sont dues 
k des cl6tures valvulaires, a des resistances passives ou a des afflux 
soudains du sang dans les caviles. 

h° Enfin que tout coeur d’animal battant a vide ne donne plusqu’un 
mouvement simple, identique pour tous les anirnaux, et semblable a 
celui que le coeur si simple du mollusque presente dans les conditions 
de la fonction norm ale. 



RESPIRATION. 


XXXVI. — Memoire sur l’etude graphique des mouvementsrespiratoires. 

(Lu a la Societe de biologie, le 22 juillet 1865. — Comptes rendus, p. 175.) 

L’importance des variations de frequence et derhythme des mouve- 
ments respiratoires, comme element de diagnostic clinique, a preside a 
ces recherches desquelles il resulte : 

1° Que les mouvements respiratoires se comportent, sous l’influence 
des resistances au passage de Fair respire, sensiblement comme les 
mouvements du coeur sous Fintluence des resistances au passage du 
sang. C’est-a-dire que si le passage de Fair est difficile, les mouve¬ 
ments respiratoires se ralentissent et deviennentplus etendus. 

2° Que si la respiration est g6nee par une pression exterieure exercee 
sur la poitrine, la respiration s’accetere a mesure qu’elle perd de Fam- 
plitude. 

Les autres conditions qui modifient les mouvements respiratoires sont 
exposees dans le memoire suivant. 

XXXVII.— Pneumographie. — Etude graphique des mouvements 
respiratoires et des influences qui les modifient. 

{Journal de Vanatomie et de la physiologie , 1865, p. 425.) 

II resulte de ces recherches que les mouvementsrespiratoires peuvent 
6tre representes graphiquement avec leurs caracteres, et que ceux-ci 
peuvent nous renseigner utilement sur certains phenomenes inacces- 
sibles a nos sens (1). 

(1) Le graphique de la respiration s’obtieut au moyeu d une ceinture qui fait manceuvrer une 
sorte de petit soufflet sous l’influence des mouvements respiratoires. Cet appareil se met eu 
communication par un tube de caoutchouc avec I’enregistreur represente fig. 13. 



respiratoires sur l’homme sain; 
















— 85 — 


A peine ebaucbee, cette etude physiologique permet d’espdrer que 
de nouveaux sympt6mes cliniques pouront £tre tir6s de la forme que 
presente la respiration. Ce n’est pas trop donner a Fhypothese que de 
prevoir, d£s aujourd’hui, que les modifications morbides de la con¬ 
tractility pulmonaire influencerout le rhythme des mouvements respi- 
ratoires, puisqu’elles doivent agir, dans un sens ou dansl’autre, comme 
obstacle a la respiration. Les fails acquis jusqu’ici sont purement 
physiologiques et peuvent se resumer dans les propositions suivantes : 

1* Les mouvements du thorax et ceux de F abdomen sont parfaite- 
ment paralleles entre eux a l’etat normal, de sorte que si on les enre- 
gistre simultandment, ils fournissentle m6me trace. 

2° Les mouvements du thorax et de l’abdomen sont d’amplitude 
proportionnelle a la quantity d’air qu’ils mettent en mouvement. 

8° On peut evaluerles volumes d’air respires dans un temps donne 
d’apres les amplitudes des mouvements respiratoires enregistres gra- 
phiquement. 

4° II n’existe pas de rhythme ni de frequence normale de la respira¬ 
tion, mais on peut determiner les influences qui modifient cette fre¬ 
quence et ce rhythme. L’auteur a ytudie seulement Finfluence des 
obstacles a la respiration. Yoici comment ils agissent : 

5° Sil’on respire par un tube etroit, on diminue la frequence de la 
respiration, on augmente son amplitude, et l’on change son rhythme en 
allongeant la periode d’ inspiration. 

6° Si Fobstacle a la respiration n’existe que dans un sens, ce qui arrive 
lorsqu’on met une soupape dans le tube, on voit que cet obstacle 
allonge la periode de la respiration pendant laquelle il agit. 

7° Le rapport de frequence des battements du coeur et des mouve¬ 
ments respiratoires est altere lorsqu’il existe un obstacle au passage de 
Fair. Dans ces divers cas, en myme temps que la respiration devient 
plus rare, les battements du coeur deviennent plus frequents. 



— 36 - 


SYSTEME NERVEUX ET MUSCULAIRE'. 

XXXVIII. — Nouvelles experiences pour determiner la vitesse 
du courant nerveux. 

(Comptes rendus dela SociM de biologie, fevrier 1866, p. 21.) 

Helmholtz avait deja determine cette vitesse qu’il evalue environ a 
30 metres par seconde. C’est par la methode graphique que le phy- 
siologiste de Heidelberg etait arrive a la solution de ce probleme. Mais 
cette experience difficile a realiser n’avait jamais ete repetee, en France 
du moins; de plus, la mesure de cette vitesse se deduisant de la vitesse 
connue de la rotation d’un cylindre, on pouvait objecter a rexperience 
de Helmholtz que ce dernier element n’y etait pas determine assez ri- 
goureusement. 

La modification de la methode qui est exposee dans cette note con- 
siste : 

1° Dans la construction d’un appareil. tres-simple enregistrant sur 
un cylindre les signaux necessaires a la mesure cherchee : 

2° Dans I’emploi du diapason chronographe a la maniere de 
M. Duhamel et de Wertheim, pour mesurer les durees avec une 
approximation d’un millieme de seconde au moins. 

XXXIX. — Nature de la contraction dans les muscles de la vie 
animale. 

(Comptes rendus de VAcadimie des sciences, t. LXTI, n° 22, 28 mai 1866, p. 1171.) 

Description d un nouvel appareil, pince myographique , pouvant s’a- 
dapter aux muscles de l’homme et traduire tous leurs mouvements, 
d apres legonflement exterieurqui accompagne toujours leur raccour- 
cissement. 



— 37 ~ 

Distinction dans les muscles volontaires de deux sortes de mouve- 
ments provoqu^s : 

1° La secousse, mouvement bref; 

2° La contraction formee de la fusion de plusieurs secousses. 

XL. — De la systole du coeur, consideree comme acte muscuiaire. 

(Comptes rendus de VAeadimie des sciences , t. LXIII, p. 41.) 

Cette note a pour but de prouver que la systole du coeur ne corres¬ 
pond pas a une contraction, laquelle est un phenom^ne complexe 
(voy. n° XXXIX), mais a une secousse, c’est-a-dire au mouvement 
elemental re. 

La duree tres-longue de la systole du coeur (vingt a trente fois plus 
longue que la secousse d’un muscle volontaire) n’exclut pas §ette ma¬ 
nure de voir, car chez certains animaux, la tortue par exemple, les 
muscles volontaires donnent une secousse au moins aussi longue. 

Une preuve directe de la nature simple de la systole peut 6tre tiree 
de ce fait, que le coeur d’un animal mis au contact du nerf d’une patte 
cie grenouille ne provoque dans cette patte qu’une secousse tr6s- 
br^ve. 

XLI. — Etudes graphiques sur la nature de la contraction 
muscuiaire. 

(.Journal de Vanatomie et de la physiologie, mars 1866, p. 225-242 et 403-MS.) 

Ce travail a 6te institue au moyen de nouveaux appareils, myogra- 
pkes , introduits en physiologie par Helmholtz, mais modifies par hau¬ 
teur afin d’enlever a leurs indications des erreurs dont il demontre 
i’existence. 

Yoici les conclusions qui terminent ce memoire : 

1° Qnand les secousses se succedent a des intervalles tres-rappro- 
ches, elles s’ajoulent les unesaux autreset produisent un raecourcisse* 



— 38 — 

ment da muscle beaucoup plus prononce que ne l’edt fait chacune 
d’elle .prise isoldment. 

2° Plus les secousses se succMent rapidement, moins elles sont dis- 
tinctes; a un certain degre de frequence, elles ne sont plus percep- 
tibles a la vue ni aux appareils enregistreurs. Le muscle est alors en 
contraction; il semble 6tre immobile dans le raccourcissement. 

3° Lorsque la contraction est obtenue, I’accroissement de la Ire 
quence des excitations se borne a augmenter l’intensite de la contrac¬ 
tion. " - 

h° II semble que les contractions volontaires soient constitutes aussi 
par des secousses d’autant plus frequentes que la contraction est plus 
energique. . 

5° Helmholtz avait admis qu’il fallait trente^deux secousses par 
seconde pour produirela tetanisation d’un muscle, c’est-a-dire sa con¬ 
traction proprement dite. — L’experience montre qu’il n’est pas 
possible de fixer a cet tgard un chiffre absolu. En effet, un muscle 
fatigue se contracte sous l’influence de secousses moins nombreuses; 
de plus, chez les differents animaux, le nombre de secousses neces~ 
saires pour la contraction varie beaucoup. 

6° Les muscles volontaires d’un m6me animal semblent, differer entre 
eux au point de vue de leurs fonctions, rnais les muscles de la vie or- 
ganique se distinguent tout particuiierement en ce qu’ils ne paraissent 
pas susceptibles (\ese contracter, c’est-a-dire de produire des secousses 
multiples qui se fusionnent entre elles. 

7° Tout muscle qui entre en action ne peut induire dans un autre 
quel’acte qu’il execute lui-m^me. La secousse induit la secousse, la 
contraction induit la contraction. 

8° Les muscles volontaires, etudies sur diverses especes animates, 
montrent tantbt des secousses tres-lentes, comme chez la tortue et chez 
les crustaces, tantot des secousses tres-rapides, comme chez Voiseau. 



— 39 



9° La contraction subtenant avec d’autant moins de secousses que 
celles-ci sonl plus longues, il s’ensuit que la patte d’une tortue est 
presque contracts avec trois ou quatre secousses par seconde, tandis 
que les pectoraux d’un oiseau ne le sont pas encore avec soixante- 
quinze secousses dans le meirie temps. 


Fig. 20. — Graphique des secousses musculaires de l’oiseau, 0, et de la tortue, T. On voit 
qu’il est possible de provoquer chez l’oiseau un tres-grand nombre de secousses distinctes 
(70 par seconde), au moyen d’excitations eleetriques de frequence croissante ; tandis que 
chez la tortue, on obtient la fusion presque complete des secousses si Ton en provoque trois 
ou quatre par seconde. 


XLIL ■ — Cours public (1) sur la fauction des nerfs et des muscles. 

(Sept lemons ont ete publiees dans la Revue des cours scieniifiques , n° 10,12, 20, 21,25, 33, 34, 
annee 1866.) 

Les faits nouveaux publics dans ce cours sont developpes et comple- 
tes dans le cours fait l’annee suivante au College de France. 

XLIII. — La physiologie dans ses rapports avec la science moderne. 

[Annuaire sdentifique de DehArain, 1866.) 

Dans cet article sont passes en revue les progres des sciences obtenus 
par le perfectionnement des appareils. La tendance de la physiologie a 

(1) Ce cours a ete fait par M. Marey dans son laboratoire particulier, rue de l’Ancienne- 
Comedie, n° 14. 





- !\0 - 

se rapprocher des sciences physiques est sigualee, et la theorie de 1 ac¬ 
tion musculaire est esquiss^e comme type de 1’intervention de la meca- 
nique dans les sciences naturelles. . 

XLIV. — Du mouvement dam les fonctions de la vie. 

(In-8° de 500 pages. Paris, 1867, Germer Bailliere.) 

Apres un historique de la methode graphique dans les sciences expe- 
rimentales et particulierement en physiologie, et apres un expose de 
l’extension qu’il a donnee a cette methode, l’auteur enumere les tenta- 
tives qu’il a faites d’apres un autre ordre d’idees. II s’agit du controle 
experimental des theories deduites de l’analyse des phenomenes phy- 
siologiques et de la reproduction synthetique de certains ph£nomene» 
au moyen d’appareils schematiques. 

Le schema etant construit de facon a reunir les conditions mecaniques 
et physiques auxquelles on attribue th^oriquement la production d’un 
phenom^ne physiologique, doit, si la theorie est vraie, reproduire 
ce m6me phenom^ne. Les principaux appareils d^crits dans cet ouvrage 
sont les suivants : 

1° Schema de la circulation du sang avec les varietes du pouls, la 
locomotion arterielle, les bruits de souffle, les anevrysmes et leurs 
effets sur le pouls. 

2° Schema du choc du coeur et des bruits de cet organe. 

3» Schema des phenomenes mecaniques de la respiration; du vide 
de la ptevre, etc. 

r Schema du rftlede l’elasticite vasculaire dans la circulation du 
sang. 

5" Schema du rdlede 1’dlasticitd des muscles dans la contraction. 
Plus loin, 1 auteur, remontant a l’origine de la plupartdes mouve- 
ments qui se passentchez les toes vivants, cherche a determiner la 
nature de l’action musculaire. 



— 41 — 

Apres avoir developpe les idees emises dans les publications 
XXXIX, XLI, XLII, sur la complexity de la contraction, il cherche 
comment chacuri des agents qui modifient la fonction du muscle : 
chaleur, froid, augmentation ou diminution du cours du sang, 
poisons, etc., agit sur la secousse musculaire. II trouve que tous 
ces agents modifient la secousse de la maniere que la theorie eut pu 
faire prevoir a l’avance. 

Comme le but des recherches de physiologie est, en definitive, 
d’eclairer la m^decine,l’auteur s’est ptoccupe de rendre applicables a 
l’homme les appareils qui fournissaient l’indication precise des diffe- 
rentes variates de Pacte musculaire. A cet effet, il a construit un appa- 
reil qui traduit graphiquement, soit les secousses, soit les contractions 
des muscles bumains. 

Le gonflement transversal d’un muscle etant toujours proportionnel 
a son changement de longueur, on saisit le muscle que l’on veut explo¬ 
rer entre les branches d’un appareil, la pincemyographique, qui trans- 
met fidelement al’enregistreur la forme du mouvement execute par le 
muscle. Les experiences faites sur Phomme concordent avec celles qui 
ont ete faites sur les autres mammiferes. La figure 2ft, pi. Ill, repre¬ 
sente l’etablissement d’un regime regulier de secousses musculaires 
chez Phomme. 

Il est vraisemblable que les troubles de la motricite chez Phomme 
malade s’eclaireront beaucoup lorsque ces procedes seront transports 
dans l’etude clinique, et que les applications de la methode a la fonc¬ 
tion de motricite ne seront pas moins fructueuses que celles qui ont 
deja ete faites sur la fonction circulatoire. 

L ’elasticity des muscles joue un grand role dans la contraction; des 
experiences nouvelles ont ete instituees pour la mesurer sur le muscle 
en repos ou en action. 

Un nouvel appareil permet d’apprecier en un instant les phases de 
Pallougement d’un muscle sous des charges regulierement croissantes. 



PLAJiCHE 11. 



Fig. 21. — Modifications graduelles de la secoussse musculaire sur une grenouille empoisonnee par la veratrine. Enbaseta 
gauche de la figure est une secousse qui a legerement subi l’influence du poison. Cette influence se prononee de plus en plus 
dans la serie qui s’echelonne de gauche a droite. 


































































































































— 43 — 

II montre que le muscle actif est plus extensible que le muscle au repos 
sous la charge de plusieurs poids additionnels, tandis que sous une plus 
forte charge, c’est l’inverse qui se produit. 

Etudes sur les caractferes de la secousse ou mouvement dlemeritaire 
provoqud par une seule excitation du nerf. 

Les experiences institutes sur ce sujet ont demontre les points sui- 
vants : 

1° L’amplitude du mouvement produit croit avec l’intensite de 
1’excitant employe jusqu’a une certaine limite. 

2° La fatigue du muscle prolonge le mouvement, mais en dirninue 
{’amplitude.- 

3° La ligature de l’artere afferente du muscle produit des effets tres- 
analogues a ceux de la fatigue. PI. IY, fig. 27. 

4° Le froid allonge enormement la duree des secousses muscu- 
laires, mais cet effet n’est que temporaire. PI. IY, fig. 25. 

5° La chaleur abrege la secousse en lui donnant plus d’amplitude, 
mais a un certain degre elle produit les coagulations des elements 
liquidesdu muscle et dteint la secousse. PL IV, fig. 26. 

6° La charge a laquelle un muscle est soumis augmente d’abord, 
puis diminue graduellement l’amplitude de la secousse. PL II, fig. 22. 

7° Un obstacle absolu au raccourcissement d’un muscle prolonge la 
tendance au raccourcissement de ce muscle. 

8° ITn muscle directement excite par un eourant induit se rac- 
courcit d’autant plus que la portion du muscle placee entre les deux 
extremites du fil metallique excitateur est plus longue. PI. IY, fig. 28. 

Les d ifferents poisons qui ont une action speciale sur les nerfs et sui 
les muscles sont studies par la methode graphique. On trouve poui dif- 



PLANCHE III. 



Fig. 23. — Muscles de la grenouille. Graphique de trois acces de tetanos provoques par la strychnine. On y voit les seeousses 
incompletement fusionnees dans le premier graphique (I’inferieur), ou elles se traduisent par de fortes ondulations de la courbe. 
Ces seeousses se. fusionnent plus completement dans les deux autres graphiques, la vibration n’y est visible qu’a la fin du trace, 
a l’instant qui precede le relachement du muscle. 


Fig. 24. Muscles de lliomme. Etablissement d’un regime regulier de seeousses sous l’influence d*excitations electriques e-l 11 *' 
distantes. Fusion des seeousses par la fatigue. — Ce trace est obtenu au moyen de la pince myographique. 










~ tl 5 — 

brents poisons des caract&res qui pourraient servir de reactif physiolo- 
gique au point de vue medico-lbgal, pour la recherche des petites quan- 
tites d’un poison organique. 

La veratrine , pi. II, fig. 21, la strychnine, le curare, la digitaline , 
la picrotoxine, donnent un caractere special au mouvementprovoqu^, 
dans un muscle de grenouille, par une excitation eleetrique du nerf 
moteur qui l’anime. 

On peut demontrer que le tetanos produit par la strychnine se com¬ 
pose de secousses multiples, ainsi que la theorie le faisait prevoir. Ces 
secousses sont visibles sur le graphique obtenu dans les experiences de 
Pauteur. 

Determination de la vitesse de Pagent nerveux sensitif et de la duree 
necessaire a la production des mouvements reflexes. 

Theorie de la contraction des muscles soumis a la volonte. 

Verification de l’opinion d’Aeby, qui admet que chaque raccour- 
cissement d’un muscle est produit par l’apparition d’une onde qui se 
produit sur les fibres musculaires et chemine d’un bout a l’autre de ces 
fibres. 

Nouvelle demonstration de l’existence de cette onde; mesure de la 
vitesse de son transport. 

Preuve de Pexistence de plusieurs ondes a la fois dans un muscle te- 
tanise. , 

XLV. — Des phenomenes intunes de la contraction musculaire. 

(Compies rendus de VAcademie des sciences, 27 janvier 1868.) 

Complement duplications sur le mecanisme par lequel les secousses 
se fusionnent dans la contraction musculaire. 

Demonstration de ce fait que l’elasticite d’une fibre change en raison 




y IG _ 26._Influence de la chaleur sur la secousse musculaire a un degre peu eleve (au-dessous de 30° centigr.), elle augmente 

l’amplitude et diminue la duree de ce mouvement. La chaleur a un degre plus eleve, elle coagule la myasine et eleint la con- 
traetilite du muscle. . - 






















-47 - 

dunombre d’ondes formees sur sa longueur. (L’extensibilite de eette 
fibre croit avec ce uombre d’oudes.) 

Interpretation de la fusion de plus en ; plus complete des se- 
cousses de frequence croissante par les changements de l’extensibilite 
du muscle. 

XLVl. — Du role de 1’elasticity des muscles dans la contraction. 

(Comptes rendus del’Academie des sciences, n° 10, p. 293, 1868. Note presentee 
, par M. Delaunay.) 

La conclusion de eette note est que 1’elasticity des muscles permet 
aux forces de tres-courte duree, engendrees par la formation dechaque 
onde musculaire, de se transformer en travail et que, sans eette elasti- 
cite, les m6mes forces se detruiraient dans des chocs. 

Une experience schematique montre, a Tappui de eette theorie, 
qu’une force vive appliquee directement a soulever une masse ne la 
met pas en mouvement, tandis que le soulevement se produit si eette 
meme force est appliquee par l’intermediaire d’un ressort elastique. 



LISTE BIBLIOGRAPHIQUE (1). 


Anstie. — Sphygmography of the pulse in very mild uncomplicated pleuro¬ 
pneumonia (Westminster Hospital) ( The Lancet , 1867). — Le meme. The 
sphygmograph in English medical practice. ( The Lancet , 1866, p. 671.) 
Alvarenga. — Pulmonite aguda do lado directo ; Trabado do pulso no segundo 
e no terceiro graus; autopsi. ( Gazeta medica de Lisboa, 28 janeiro 1865.) 

De Barrel de Ponteves. — Des nerfs vasomoteurs et de la circulation capil- 
laire. These de Paris, 1864, n° 132. 

Beclard. — Bulletins de VAcademie de medecine de Paris , t. XV, 1865, et Traite 
de physiologie. Paris, 1865, passim. 

Berkeley Hill. — A new pad for the sphygmograph ( The Lancet , 1866). 
Bernard (Cl.). — Conference faite a la Sorbonne et publiee dans les Lemons sur 
les proprietes des tissus vivants, 1866. 

Berne et Delore. — Influence de la physiologie moderne sur les sciences medi- 
cales. Paris, in-8, 1864. 

Bert. — Article Chaledr animale (Diet, demedet chir. prat.). 

Besnier. — Recherches sur la nosographie et le traitement du cholera epide- 
mique. These de doctoraten medecine. Paris, 1867. 

Bordier. — Sur Taction de ladigitale. ( Bulletin de therapeutique, 1868,15 fev.) 

1862. Broca. *— Emploi du sphygmogiaphe dans Tetude des tumeurs anevrys- 
males ( Gaz . des hdp., 1862). 

Brondgeest. — Over pathologische Veranderingen der Arteria pulmonalis an 
van hare Klaprliezen. Utrecht, 1866. — Le meme. Beitrage zur Kenntniss des 
Arterienpulses. 

(1) Dans cette liste ne sent pas mentionnes les couiptes rendus ou analyses des travails de 
l’auteur, inais seulement des traites scientifiques dans lesquels ses idees sent acceptees ou des 
travaux originaux entrepris a 1’aide de sa methode. 



Buisson. - Quelques recherches sur la circulation du sang, a l’aide des appa- 
reils enregistreurs. These de doctorat en medecine; Paris, 1862. 

Cornil. - Du pouis dans l’hydrotliorax, avant et apres la ponction. [Meinoires 
dela Societe de biologie , 1864, p. 148.) 

Cousin. — Essai sur le sphygmographe et sur ses applications cliniques. These; 
Strasbourg, n° 773, avec 78 figures. 

Czermak. — Sphygmische Studien; Mittheilungen aus dem PrivatLabo- 
ratorium, in Prag, I Heft, 1864. 

Deherain (Annuaire de). — De la circulation du sang et des travaux du 
docteurMarey. 1864. 

Donders. — Controle du cardiographe (Bulletins de la Societe de Harlem , 1867). 

Ducheck.— Untersuchungen,fiber den Arterienpuls.(6Ester. medicinisch. Jahr- 
bucher , 1862, 4 e Heft, S. 49-72.) 

Dupdy. — Rapports generaux des mecanismes circulatoire et respiratoire. (Gaz. 
med. de Paris, 1867.) 

Fick. — Die medicinische Physik.. Drittes Kapitel, Wellenzeichner, Marey’s 
Sphygmograph. Braunschweig, 1866. 

Flint. — The Physiology of Man, art. Circulation. New-York, 1866. 

Ferand. — De Faction therapeutique de la digitale (5^//c^ms de therapeu- 
tique). 1865. 

Foster (Balthazar). — On the application of the Graphical Methode to the Study 
of the diseases of the Heart and great Vessels (Medical Times et Gazette , Lon¬ 
don, Saturday, sept.. 29, 1866). — Le meme. On the Use of the Sphygmo¬ 
graph, in the investigation of disease. 1866. — Lememe. On the Application 
of the Graphical Methode to the Study of the diseases of the Heart and 
Great Vessels (Medical Times et Gazette. London, 8 Dec. 1866 ; 20 April 1867. 
— Le meme. On two Cases of Injury of the Aortic Valves from Muscular 
Exertion {Medical Press and Circular. London, 19 Dec. 1866. — Lememe. 
The Sphygmograph in English medical^practice. [The Lancet, 1866, p. 634.) 

Friedreich. —Ueber deh Venenpuls. f^ew^c-Acs A^’c-A fur Klin. Med. , I Band.; 
1865. 

Gavarret. — Rapport a la Faculte de medecine sur le sphygmographe de 
ill. Marey. — Rapport a I’Academiede medecine sur le Memoire de MM. Chau- 



— 50 — 

veau et Marey, sur les experiences cardiographiques (Bnlklim de I’Academie, 
t. XXVIII, p. 602 et.suiv.). 

Giraud-Teulon, — Reflexion sur un article relatifa l’elasticite arterielle (Gaz, 
med., 12 mars, p. 171-173) 1858. 

Grimshaw. - Sphygmographic Observations' on the Pulse ot Typhus {The 
Lancet , 1867). 

Guyon. — Note sur 1’ arret de la circulation carotidienne pendant Teffort pro- 
longe. {Arch, de physiol. , 1868, p. 56. ) 

Hawksley. — The Spliygmograph {The Lancet , 1867). 

Haynes Walton ; Ste- Mary’s hospital. - Examination by the Sphygmograph 
in a case of axillary aneurisma {The Lancet , 1866, p. 176). 

Helmholtz und Baxt. — Fortpflanzungsgeschwindigkeit der Reizung in den 
motorischen Nerven des Menschen {Acad, der Wissenschaften zu Berlin, 
29 April 1867). 

Koschlakoff, Saint-Petersbourg. — Untersuchungeii liber den Puls mit Hiilfe 
der Marey’s Sphygmographen. ( Virchow's, Arch . fur path. Anat. und Phys. 
und fur Min. Med., Band XXX, Heft 1 U. 2,p. 149-176, mit zweiTafeln). 1864. 
Landais. — Journal de clinique hebdomadaire de Berlin , 22 aout 1 864. 

Lefort. — Article Anevrysme {Diet, de med. et de chir. prat.). 

Lioevillf. et Voisin. — Recherches et experiences sur les proprietes physiolo- 
giques et therapeutiques du curare. {Journal de Vanatomie et de la physiologie, 
1867, p. 113). 

Longet. — Traite de physiologie, passim. 

Lorain. — Article Cardiographie {Diet, de med. et de chir. prat., 1867). — Le 
meme. Le cholera observe a l’hdpital Saint-Antoine. Paris, 1867. — Le rneme. 
Article Anemie. {Diet, de med. et chir. prat.). — Le meme. Article Chlorose. 
(Ibid.) 

Luton. — Article Auscultation {Diet. prat, de med.). — Le meme. Article 
Circulation {Diet, de med. et de chir.). 

Mailliot. — Discussion sur les mouvements du coeur, a I’Academie de mede- 
cine. Paris, J.-B. Bailliere, 1815. 

Mach. — Zur Tlieorie des Pulswellenzeichner (Kais. Akademie der Wissen¬ 
schaften, XLVI Band., p. 157-174, 2 planches.) 



— 51 


Mantegazza. — Della Azione del dolore sulla Galorificazione e sul moti del cuore. 
Ricerche sperimentali {Gazzetta medicaItaliana Lombardia , serieV, t. Y). 1866, 

Meissner. — Jahresbericht fiber die Fortschritte der Anatomie und Phy- 
siologie, von Henle und Meissner, 1859, p. 537. 

Milne Edwards. — Rapport sur deux memoires de MM. Chauveau et Marey, 
relatife a T etude des mouvements du coeur a l’aide d’un appareil enregistreu 
{Comptesrendus, t. LIV, 1862, p. 399-404). 

Monoyer. — Applications des sciences physiques aux theories de la circula¬ 
tion. These de concours. Strasbourg, 1863. 

Moreno y Maiz. — Recherches chimiques et physiologiques sur X Erythroxylum 
coca. Paris, 1868. 

Naumann. — Journal pour la medecine rationnelle, t. XVIII. 1862. 

Onimos et Viry. — Etude critique des traces obtenus avec le cardiographe etle 
sphygmographe {Journal de Vanatomie et de la physiologie, n os 1 et 2, 1866). 

Paul. — Etude sur l’action de la digitale ( Societe de therapeutique, 21 fev. 1868). 

Potain. — Note sur les dedoublements anormaux des bruits du coeur ( Union 
medicale, 1866, n° 97, 100,104, 114, 115, avec 18 figures). — Le merne 
Des battements et des bruits qu’on observe dans les veines jugulaires ( Soc. 
med. des hdpitaux, 1867.) 

Prompt. — Recherches sur les variations physiologiques de la frequence du 
pouls {Arch, gener. de med., 1867). 

Prevost. — Recherches experimentales relatives a Taction de la veratrine {Gazette 
medicale de Paris, 1866). 

Raynaud. — Article Maladies des arteres {Diet, de med. et de chir. prat.). 

Rayer. — Rapport a 1’Institut sur le sphygmographe du doc-teur Marey. 

W. Rives. — De Sphygmograaf en de Sphygmographisehe Curve. These de 
doctorat en medecine. Utrecht, 1866. 

Sanderson. — Manuel de sphygmographie. Edimbourg, 1867. — Le me me. On 
the Application of Physical Methode to the Exploration of the movements 
of the Heart and Pulse in disease. {The Lancet, 1866, p. 507-688.) 

Valentin. — Analyse du travail de Duchek. Reflexions personnelles {Canstatfs 
Jahrb., 1862, p. 119). 

K. Vierordt. — Die Anforderungen an den Sphygmographen (Arch. d. Heilkun- 
de, IV, p. 513-521). —Le meme. Physiol, des Menschen, p. 98. 



— 52 - 


Vivenot. — Influence des changements de la pression atmospherique sur 
lorganisme liumain {Arch, fvr pathologische Amt. und Physiol., 1866, 
p. 692). 

Wolff. — Arch, de therap., 1863. — Le me me. Characteristik des Arterien- 
pulseS, Leipzig, 1865, mit 261 Abbildungen. — Le mieme. ■ Beobachtungen 
: uber den Puls ber Geislkrqpken. 1867. 

Wunderlich. — Ueber den Sphygmograph von D r Marey [Wagners Arch, 
der Heilkuhde, 1861, Band. II, S. 96). 


Paris. — Impriraeri^ de E. Martinet, rue Mi ? non, 2.